• Bridges Admission

Higher Education in France - Dr. Ahmed Elkahwagy

Updated: May 20

An Arabic Translation of this story is available here.


Hometown: Alexandria, Egypt

Undergraduate: Alexandria University, Faculty of Law

Masters: Université de Poitiers-France

PhD: Université de Poitiers-France

Field: Criminal Law and International Criminal Law


Ahmed, can you tell us a bit about yourself?


I am a hardcore Alexandrian who believes in freedom and cosmic love. I enjoy traveling, reading, meeting fellow human beings and trying out food and critically judging it. I didn’t choose the legal field, it chose me but I grew to love it.


Reflecting back on your experience, what do you think are the main advantages of studying in France?


It’s an extremely hard exercise to summarize an experience of 8 years in a few lines. Regarding the advantages, I would focus on a two main themes:


Academically, the variety of programs offered by French Universities is massive and the Academia is used to welcoming international students. France is a great destination to pursue legal studies, especially traditional fields like Criminal Law, Administrative Law and Civil Law, because Egyptian Law is highly influenced by its French counterpart. For PhD students, theses in Comparative Law are always welcome as the academic community is eager to learn about different legal systems.Tuition and social security fees are minimal compared to North America and England.

France has a wonderful infrastructure for those who are culture amateurs or hardened junkies. The cultural offering is infinite and students can access a myriad of venues at lower prices than the general population (Museums, cinemas, theaters, festivals,...). Students’ associations are plenty and those who enjoy community service could always find an outlet for their passion.


Let’s go back in time a little. When did you first consider applying to universities in France? How did you prepare for the application process?


I always wanted to travel abroad and I was always eager for Europe to be my destination. TI would say the first concrete steps I undertook to fulfill this childhood dream were after I finished my Bachelor’s degree at Alexandria University.


I had options in the United States that I got through acquaintances but I started looking up programs in different French cities to determine the best fit for me. Back in 2011, Campus France was not the necessary tool to look and apply for a Master’s degree. I “manually” researched every M2 Program (the French equivalent of LLM), explored the syllabus, defined the requirements, filled the application and sent it by international mail or email. I would strongly advise candidates to be organized during this time, create folders for each university and keep track of everything they send out. I would also advise them not to put their eggs in one basket and multiply the applications even though it will require an investment of time and effort.


As a general rule, it’s always easier to apply for a PhD after you obtain your M2 from a French University compared to doing that directly from your country. You would have met the Professors and left a personal impression of your work which is a defining element in the choosing process for supervisors. French Universities will give a preferential treatment for their own M2 graduates. The good piece of news is that international students make up almost 40% of PhD students in France.


How did funding fit in the picture? Is there anything that you wish someone had told you to consider about funding when applying to universities abroad?


I will start with the last question. I would have liked someone to tell me about the huge number of scholarships that one can apply for to study in France. As an example, I did a simple search on the Campus France website while writing this testimony. Using Egyptian nationality as a filter, I discovered that an Egyptian candidate is eligible for more than 300 scholarships offered by a myriad of institutions. It is essential to draw from these resources to give oneself a chance to be funded during his years of studies.


For my personal case, I was blessed - and I still am - by the presence in my life of parents who attach value to good studies and who funded my year of Master 2 at the University of Poitiers. During this year, I advise people who want to apply for a PhD to express their will to the professors, to be curious, to participate in discussions and extracurricular activities and to maintain a respectable academic level. The PhD dice are thrown during the Master year and the professors survey the students, evaluate them and encourage those they find to have potential.


The reward is funding the thesis for a period of 3 years in the form of a doctoral contract which may have several sources of funding. I was aware of some programs where up to three contracts were offered. The PhD student is paid to do his or her research, but (s)he can also be asked to teach some classes or to do some administrative work in the institution. It is important to note that, to the best of my knowledge, all of the above applies to the legal field as well as to all other scientific fields within French universities.


What advice do you have for writing a strong personal statement?


I find that each person has their specific story that identifies and characterizes them. In my opinion, this is the most important advantage to keep in mind when writing a personal statement. I would say that the first part of a strong motivation letter should be written around this specific "me", this DNA of the personality and its experience, in an honest and unpretentious way. Of course, the candidate should always keep in mind the requirements of the academic institution he or she is addressing, the "you" as a second part of the personal statement. Thus, I advise not to use too many details unless they can be used to fulfill a criterion or to show a personality trait that will be attractive to the program to which one is applying. Finally, it is preferable to find a way to join the first two parts, to create a "we" which attests to a kind of harmony between the qualities of the candidate and the scientific orientation of the establishment. There is no catalog for this kind of exercise, but candidates should not be afraid to be creative and expressive.


Poursuivre des études de droit en Master et Doctorat en France - Dr. Ahmed Elkahwagy


Ville natale: Alexandrie

Licence: Université d’Alexandrie

Master: Université de Poitiers-France

Doctorat: Université de Poitiers-France

Domaine d’étude: Droit pénal et droit pénal international


Ahmed, pourriez-vous nous parler un peu de vous ?


Je suis un alexandrin inconditionnel qui croit à la liberté et à l'amour cosmique. J'aime voyager, lire, rencontrer des êtres humains et essayer de la nourriture puis la juger de manière critique. Je n’ai pas choisi le domaine juridique, il m’a choisi mais j’ai adoré.


En réfléchissant à votre expérience, quels sont selon vous les principaux avantages d'étudier en France ?


C’est un exercice extrêmement difficile de résumer une expérience de 8 ans en quelques lignes. Concernant les avantages, je me concentrerais sur deux thèmes principaux. Sur le plan académique, la diversité des programmes offerts par les universités françaises est immense et l'Académie a l'habitude d'accueillir des étudiants internationaux. La France est une excellente destination pour suivre des études juridiques, en particulier des domaines traditionnels comme le droit pénal, le droit administratif et le droit civil, au regard du fait que le droit égyptien est fortement influencé par son homologue français. Pour les doctorants, les thèses en droit comparé sont toujours les bienvenues, car l'Académie est impatiente d'en savoir plus sur les différents systèmes juridiques. Les frais de scolarité et de sécurité sociale sont minimes par rapport à l'Amérique du Nord et l’Angleterre.


En outre, la France possède de merveilleuses infrastructures pour ceux qui sont amateurs de culture ou qui sont des accros endurcis. L'offre culturelle est infinie et les étudiants peuvent y accéder à des prix inférieurs à ceux de la population générale (musées, cinémas, théâtres, festivals, ...). Les associations d’étudiants sont nombreuses et ceux qui aiment le service communautaire peuvent toujours trouver un débouché pour leur passion.

Revenons un peu dans le temps, quand avez-vous envisagé de postuler pour la première fois dans des universités à l'étranger ? Comment vous êtes-vous préparé pour le processus de candidature ?


J'ai toujours voulu voyager à l'étranger et j'avais toujours hâte que l'Europe soit ma destination. Je dirais que les premières mesures concrètes que j'ai prises pour réaliser ce rêve d'enfance ont été après avoir terminé ma licence de droit à l'Université d'Alexandrie.


J'avais des options dans les universités américaines grâce à des connaissances, mais j'ai commencé à rechercher des programmes dans différentes villes françaises pour déterminer ce qui me convenait le mieux. En 2011, Campus France n'était pas l'outil nécessaire pour rechercher et postuler à un Master.J'ai «manuellement» recherché chaque programme de M2 (l'équivalent français de LLM). J’ai analysé le programme, défini les exigences, rempli la candidature et je l'ai envoyé par courrier international ou par e-mail. Je conseillerais fortement aux candidats d'être organisés pendant cette période, de créer des dossiers pour chaque université et de garder une trace de tout ce qu'ils envoient. Je leur conseillerais également de ne pas mettre leurs œufs dans le même panier et de multiplier les applications même si cela nécessitera un investissement de temps et d'efforts.


En règle générale, il est toujours plus facile de postuler pour un doctorat après avoir obtenu son M2 dans une université française que de le faire directement à partir de votre pays. Vous auriez rencontré les professeurs et laissé une impression personnelle de votre travail, ce qui est un élément déterminant dans le processus de choix des directeurs de thèse. Les universités françaises accordent un traitement préférentiel à leurs propres diplômés en M2. La bonne nouvelle est que les étudiants internationaux représentent près de 40% des doctorants en France.


Comment le financement s'inscrit-il dans votre processus ? Parlez-nous de ce processus et des conseils que vous pourriez avoir pour les autres ? Y a-t-il quelque chose que vous auriez souhaité que quelqu'un vous dise de considérer lors de votre candidature?


Je commencerai par la dernière question. J’aurais bien aimé que quelqu’un m’avertisse du nombre énorme des bourses auxquelles on peut postuler pour partir étudier en France. À titre d’exemple, j’ai fais une simple recherche sur le site de Campus France en écrivant ce témoignage. Utilisant la nationalité égyptienne comme critère de filtration, j’ai découvert qu’un candidat égyptien est éligible pour plus de 300 bourses offertes par une myriade d’institutions. Il est indispensable de puiser ces ressources pour se donner une chance d’être financé durant ces études.


Pour mon cas personnel, j’étais béni -et je le suis toujours- par la présence dans ma vie de parents qui attachent de la valeur aux bonnes études et qui ont financé mon année de Master 2 à l’Université de Poitiers. Durant cette année, je conseille aux personnes qui veulent candidater en doctorat d’exprimer leur volonté aux professeurs, d’être curieux, de participer aux discussions et aux activités extracurriculaires et de garder un niveau académique respectable. Les dés de la thèse sont jetés durant l’année de Master et les professeurs sondent les étudiants, les évaluent et encouragent ceux qu’ils trouvent comme possédant un potentiel.


La récompense est un financement de la thèse pour une durée de 3 ans sous forme de contrat doctoral qui peut avoir plusieurs sources de financement. J’étais au courant de certains programmes dans le cadre desquels on a offert jusqu’à trois contrats. Le doctorant est payé pour faire ses recherches, mais on peut également lui demander des charges d’enseignement ou d’administration au sein du laboratoire. Il est important de noter que, à ma connaissance, tout ce qui précède vaut pour le domaine juridique comme pour tous les autres domaines scientifiques au sein des universités françaises.

Avez-vous des conseils pour se démarquer dans une lettre de motivation ?


Je trouve que chaque personne a son histoire spécifique qui l’identifie et la caractérise. À mon avis, c’est l’avantage le plus important qu’il faut avoir en tête en écrivant sa lettre de motivation. Je dirais que la première partie d’une lettre de motivation forte doit être rédigée autour de ce “moi” spécifique, cet ADN de la personnalité et de son expérience, de manière honnête et sans prétention. Il faut bien sûr garder toujours à l’esprit les exigences de l’institution académique à laquelle on s’adresse, le “vous” de la lettre de motivation comme deuxième partie. Ainsi, je conseille de ne pas abuser des détails sauf s’ils servent à remplir un critère ou à montrer un trait de la personnalité qui sera attirant pour le programme auquel on candidate. Enfin, il est préférable de trouver un moyen pour joindre les deux premières parties, un “nous” qui atteste d’une sorte d’harmonie entre les qualités du candidat et l’orientation scientifique de l’établissement. Il n’y a pas de catalogue pour ce genre d’exercice, mais il ne faut pas avoir peur d’être créatif et expressif.






203 views

© 2020 by Bridges Admissions